A485268c4aef56aba707b6887d64ee442ce20eee
667ad276987f879de4b3bd57cd79da4b94ac02ff
Fermer
expos

D’où vient le vent : exposition de girouettes-sculptures

D’où vient le vent : exposition de girouettes-sculptures (2020)
Cette exposition en plein air de sculptures-girouettes, qui n’a pas été conçue au départ pour y être présentée, trouve, ici, au cimetière du Sud, le long d’un périmètre historique où elle s’intègre parfaitement, un nouveau sens, très fort: dans cet écrin historique et patrimonial, ici on joue sur le passé et le présent pour réfléchir sur demain.

Avec entre autres Manu Bayon, Emilia Bellon, Olivier Bovy, Frans Daels, Daniel Daniel, André Delalleau, Emmanuel Dundic, Jean-Pierre Husquinet, Gauthier Pierson, Raymond Langohr, Philippe Luyten, Nadine Martin, Werner Moron, Luc Navet, Jacques Patris et Christine Renard. D’autres sculpteurs s’associent à l’exposition. 

“La girouette articule tradition et modernité. Cet objet persiste à travers le temps et a imprimé sa marque dans la culture populaire. Sa fonction consiste à indiquer la direction du vent. La girouette permettait jadis d’orienter les navires. Arrivée dans nos contrées par les peuples vikings, elle a progressivement intégré nos paysages et les clochers, contribuant à une faculté collective de perception de “d’où vient le vent”. L’exposition vise à toucher la population locale avec des créations contemporaines déclinées autour d’un objet familier. La girouette, dans la tradition, nous donne à voir une iconographie en lien avec le pays : chez nous en Wallonie, le coq ; en Flandre, le lion ; en Allemagne, le loup… Lorsqu’elle prend la forme du coq dans nos contrées, il est généralement représenté chantant contre le vent dominant. Ici, les artistes ont pu s’approprier l’objet et même sans obligation de donner la direction du vent. Il s’agit d’abord de créer une sculpture en l’absence de toute utilité. Cette proposition artistique est une expérience qui vise à relier l’art contemporain et une forme de culture populaire. La recherche d’une esthétique qui relie l’initié à l’art contemporain avec celui qui en est exclu. Le lieu où les œuvres sont exposées donne évidemment un sens à chaque fois différent. La première exposition a eu lieu à Marchin et à Bastogne.” - Luc Navet, Marchin, 25/02/20

Dans le cadre de Art dans la Ville

Organisation : Centre culturel de Marchin, Commission des Cimetières de Tournai, Galerie Koma asbl, maison de la culture de Tournai - Collaboration : Passeurs de Mémoire, Service des Arts plastiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Publié le 10/11/2020