8e9abcdc72d12b3b111de66a1dec493a6d11329c
3ab8826424ae190ebef39338faf2e026fd54ef51
D5b96bef71e551b05f7e1a21013c3715b42c3430
6dfdc0e2f8d7e0ef71d3f61407121569fe4ad807
Fermer
danse

Moi, ma chambre, ma rue

Dbf024eff7effe680763b857dc7b1a8a85e4ddfd
Le point de départ est la chambre bamakoise du danseur Tidiani N’Diaye : un désordre où s’entassent les traces de la vie depuis sa plus tendre enfance.

Le sol est recouvert de sacs plastiques de toutes les couleurs : du bleu, du rouge, du jaune, du vert où surgit le danseur Tidiani N’Diaye. En créant des vagues et des tourbillons avec ces sacs, Tidiani évoque les souvenirs de sa chambre d’enfance à Bamako. Dans sa chambre, chaque objet à son importance et son histoire. En plus de refléter le dérèglement physique, cette accumulation est l’image intérieur du danseur. Les bruits et les sensations de dehors viennent compléter ce tableau, créant une atmosphère familière et chaotique. À l’extérieur, la rue de Bamako est le miroir de ce désordre qui questionne. Pourquoi cet état de chaos ? Quel malaise reflète-t-il ? Comment a-t-elle réussi à s’y développer et donner du sens ?

Publié le 31/05/2024 Auteur : Cléo Verin

Le 18 juin à 20H. Espace Glenmor, Carhaix-Plouguer. Tarifs : 7 à 12€. www.glenmor.bzh. Tél : 02 98 99 37 50

 

© dorothee-thebert


Mots clés :