8e9abcdc72d12b3b111de66a1dec493a6d11329c
3ab8826424ae190ebef39338faf2e026fd54ef51
D5b96bef71e551b05f7e1a21013c3715b42c3430
6dfdc0e2f8d7e0ef71d3f61407121569fe4ad807
Fermer
cinéma

Le premier jour du reste de ta vie

766437f549cb77b0ae07d5ac14691b7c64ab6ab7

Une vie comme il en existe beaucoup : Robert, le père chauffeur de taxi, Marie-Jeanne, une mère attentionnée et trois enfants (Albert, Raphaël et Fleur) aux parcours bien différents. À travers cinq moments particuliers de la vie de cette famille, chacun de ses membres se raconte, composant, à travers l'évocation d'une quinzaine d'années de leurs vies, le portrait contrasté d'une famille.

En choisissant de montrer les repères forts d'une vie (départ de la maison familiale, perte de l'innocence, premier amour, acceptation du temps qui passe...), Rémi Bezançon choisit d'emblée de se poser dans un registre forcément très émotionnel, obligeant du coup à une surenchère de moments forts dont on devine assez bien comment elle peut s'achever. De départs en mariages et de brouilles en retrouvailles, le réalisateur tente, dans ce second film, de capter l'essence d'une vie familiale avec ses grands et ses petits moments. Portée par Jacques Gamblin et Zabou Breitman, celle qu'il donne à voir tient plutôt la route. Mais à trop vouloir en dire et en faire, Rémi Bezançon s'éparpille un peu dans un puzzle finalement assez conventionnel abordant plutôt le sujet par son côté 'bons sentiments' et sans jamais vraiment quitter un ton politiquement correct. Malgré cette faiblesse, l'ensemble ne manque pas d'un certain allant surtout grâce à des comédiens efficaces et aux choix plutôt malins des jours évoqués par chaque personnage. Comme son premier film, Ma vie en l'air, Le premier jour du reste de ta vie souffre malgré tout d'un manque de point de vue que le sujet nécessitait sans doute.

 

Publié le 21/07/2008 Auteur : Guillaume B.

-

Mots clés : cinéma