expos

Peinture métaphysique et surréalisme belge

94e61c3835a6c36a84fe567207d43f487f9cec68
Le BAM à Mons présente actuellement Georgio De Chirico. Aux origines du Surréalisme belge, exposition réalisée en collaboration avec le Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, et la première de cette ampleur consacré à De Chirico en Belgique.

 

Grâce à de nombreux prêts, dont 27 tableaux provenant du musée parisien, la rétrospective permet de retracer la carrière de cet artiste majeur de l'art moderne, mais peu connu du grand public. Né en Grèce de parents italiens en 1888, De Chirico se lance dans des études et une carrière artistiques à l'âge de 18 ans à Munich. En 1910, il rejoint la capitale française, alors point de ralliement des avant-gardes européennes. Là, il crée la peinture dite métaphysique : places d'Italie désertes, juxtaposition d'éléments disparates, thèmes mythologiques... le tout baignant dans une atmosphère étrange et onirique, qui fit grande impression sur les Surréalistes. Proche du cercle artistique mené par André Breton, Georgie De Chirico en est exclu après la Première Guerre mondiale, alors qu'il prône un retour à une peinture classique. Avec une plus grande attention porté au dessin, le peintre continue de développer de nouveaux thèmes métaphysiques, puis revient aux motifs de sa jeunesse dans la dernière période de sa vie.

En parallèle, l'exposition met en valeur la profonde empreinte apportée par De Chirico dans la peinture surréaliste belge à travers trois artistes : René Magritte, Paul Delvaux et, figure moins célèbre mais méritant une redécouverte, Jane Graverol. La découverte de l'œuvre de Chirico, en 1924 et en 1934, et l'admiration pour l'artiste ressentie par Magritte et Delvaux est largement documentée, au contraire du cas de Graverol, qui, elle, aurait découvert De Chirico dans les années 1940. Les rapprochements entre les tableaux du maître et des trois artistes belges, tout au long du parcours thématique, sont plus que convaincants. Chacun a su choisir chez De Chirico des motifs emblématiques pour les transposer dans son univers personnel. Une visite aussi belle et étrange qu'un rêve éveillé.

 

Giorgio de Chirico, Cri d'amour, 1934 © SABAM Belgium 2019

Publié le 02/04/2019 Auteur : Aurore de Carbonnières

 

Georgio De Chirico. Aux origines du Surréalisme belge, jusqu'au 2 juin 2019, 10h-18h, 0-9€, BAM, Mons, www.bam.mons.be