8e9abcdc72d12b3b111de66a1dec493a6d11329c
3ab8826424ae190ebef39338faf2e026fd54ef51
7475b73775dbd6254aea6d429e9061cfed4a5e89
F292b8b4a32eac183771863c63200c7965256266
D5b96bef71e551b05f7e1a21013c3715b42c3430
6dfdc0e2f8d7e0ef71d3f61407121569fe4ad807
Fermer
concerts

Osees

54e8ca511036c6dd916a9a26cf4a7780f4a2fdf3
John Dwyer et ses Osees reviennent incendier les scènes en entrechoquant le garage rock et le synth-punk. Bien plus que des étincelles.

OCS, Oh Sees, Thee Oh Sees, Osees…John Dwyer se plaît à brouiller les pistes tout en éparpillant une discographie pléthorique. En suivant ces petits cailloux, on arrive à la tanière de Dwyer, ogre de la scène garage rock. Dans son antre, on ne bichonne pas de belles mécaniques vintage. Dwyer est un usineur qui rentre dans la matière brute. Un sculpteur et un assembleur privilégiant le périlleux au précieux. Bien qu’érudit, Dwyer ne s’étale pas. Toujours les outils du punk pour réveiller le kraut, le metal, le psychédélisme ou dernièrement le synth-punk sur son dernier album. Malin, voire démoniaque, cette incarnation des Osees convoque Devo, The Screamers, The Units ou encore les géniaux Chrome. Ni copistes, ni profanateurs, les Osees initient ces nouveaux cocktails, trop impatients de les balancer sur scène. On trépigne.

 

Publié le 04/06/2024 Auteur : Bertrand Lanciaux

Jeudi 6 juin, 20h, 19-25€
Aéronef
168 Av. Willy Brandt, Lille
www.aeronef.fr

 


Mots clés : rock