Le retour sur scène de Prohibition est un évènement. Figure d'un rock expérimental reconnu bien au -delà des frontières hexagonales, Prohibition fit partie des aventures noise et post-rock de la fin du siècle dernier. Enfin reformé, Prohibition arpente les scènes avec son répertoire historique mais aussi chargé des expériences récentes des éternels précurseurs qui composent ce groupe. Pour ne rien gâcher, Prohibition partagera l'affiche avec une sacrée découverte sud- coréenne : Jambinai. Programmé dans le cadre de Renaissance, Jambinai peut être rapproché de la scène japanoise, soit une musique parfois extrême qui trouve ici une singularité dans l'emploi d'instruments traditionnels. Belle découverte.

La notoriété de Young Fathers est exponentielle. Parti d'un premier album publié à 3000 exemplaires, le collectif multi-ethnique Young Fathers a remporté le prestigieux Mercury Prize au nez de Damon Albarn et à la barbe d'Anna Calvi, ou inversement. Une mise sur orbite grand public méritée pour un groupe qui s'émancipe des carcans stylistiques purement hip-hop pour faire groover une pop qui avait tendance à s'enkyster elle aussi dans ses recettes. Plus de trouvailles que d'expérimentation chez Young Fathers. Arrivez à l'heure pour ne pas rater les très intrigants C'Mon Tigre et leur post funk à rayer le dance-floor, avec les musiques du globe comme boule à facettes.

On reste dans un registre similaire avec !!! (Chk Chk Chk) qui depuis plusieurs albums agrège les tendances les plus déviantes de toutes musiques pouvant provoquer des soubresauts. C'est parfois téléphoné mais c'est tellement jouissif et addictif qu'il est très difficile de raccrocher.