expos

L'exposition Franz Courtens à Mouscron, une histoire de famille

69e25c992c42635bc88899d5cbeb838b0d336efa
Le centre culturel de Mouscron accueille du 9 septembre au 29 octobre les œuvres du paysagiste Franz Courtens (1854-1943) qui occupa une place prépondérante dans le pleinairisme belge au tournant du XXe siècle.

 

 

Eric Courtens est intarrissable sur son grand-père, le célèbre paysagiste belge Franz Courtens, et sur sa carrière de peintre. Il mêle avec humour anecdotes et commentaires sur les œuvres sans tomber dans la légende. Il raconte que c'est son frère Marc qui est à l'origine de ce projet dans lequel il s'est beaucoup investi. Il a d'abord fallu trouver un lieu : Termonde, ville natale du peintre, s'impose dans un premier temps. Dans l'attente d'une réponse, Eric Courtens contacte le centre culturel de Mouscron, qui avait consacré une rétrospective en 1999 à la famille Courtens, Franz et ses trois fils, le peintre Hermann, le sculpteur Alfred et l'architecte Antoine. Finalement, c'est là que l'exposition débutera, avant de rejoindre, dans une forme réduite, le Centre Artistique de Termonde, en passant par le Musée Charlier à Saint-Josse, où Franz Courtens a vécu de 1890 à 1845. Eric Courtens a ensuite fait le tour de la famille, ce qui lui a permis de repérer environ 200 œuvres et de renouer avec des cousins. Une sélection de 125 tableaux, pour la plupart inconnus du public, seront présentés pour la première fois ensemble. L'étape suivante consistait à travailler sur la biographie de l'artiste, ce qui représentait une tâche importante tant les sources historiques étaient rares, peu exploitables ou peu fiables. Cette étude est reprise dans un ouvrage très complet qui contient également un catalogue des œuvres. Dans les salles, le visiteur est accueilli par l'autoportrait de Franz Courtens à 20 ans et par quelques peintures illustrant les débuts de ce jeune homme, issu de la bourgeoisie modeste et travailleuse et dont le père rejetait les aspirations artistiques. Dans la suite du parcours, les peintures sont présentées thématiquement et non chronologiquement, certaines œuvres étant non datées et pour montrer qu' « il ne peignait pas que des vaches et des bateaux » comme ont pu le prétendre certaines mauvaises langues. Quelques vers introduisent chacun des quinze sujets, qui se dégagent de l'œuvre de Franz Courtens. Une section attire particulièrement l'attention, celle qui regroupe d'émouvants portraits de famille.

 

 

Publié le 02/10/2017

Franz Courtens, le plein air et l'intime
Du 9 septembre au 29 octobre 2017, les mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 14h à 17h. Entrée gratuite.
Centre Marius Staquet, Place Charles De Gaulle, Mouscron

Mots clés : peinture